BARRIO POPULO - Il Est Des Jours Sans Toiéè
/
dummy

Et c'est parti pour la trentième !

retour sur la journée du 4 août

Lo Radzouka

C’est sur un ton festif de musique du monde que le groupe altiligérien Lo Radzouka ouvre les portes de la 30ème édition du festival du Monastier avec un concert délocalisé à 11h au Puy-en-Velay ; c’est ensuite à 18h30 sous un ciel très ensoleillé qu’ils sont venus inaugurer la nouvelle scène du village du festival, pour le premier concert sur le site. Dans des atmosphères de jazz manouche ou sur des airs de tango argentin, le trio déjanté a su transporter du Puy jusqu’au Monastier, une ambiance chaleureuse et a su séduire les spectateurs venus nombreux.

 

 

LA SOIREE

The Gogg's


La première grande affiche de cette importante édition, ouvertement placée sous le signe du rock, a été occupée par deux formations des plus énergiques. La soiréé a ainsi été ouverte à 21h par The Gogg’s, groupe authentiquement « rock’n roll », quoiqu’il mêle au classique triptyque du genre (guitare saturée, basse, batterie) la chaleur festive de deux trompettes. Au long d’une dizaine de compositions anglophones, aux riffs entraînants, et d’une interprétation toute personnelle du thème de Don Pullen qui doit traverser toute cette édition anniversaire, « Kadji », les jeunes rockeurs ont conquis le public par leur énergie joviale et immédiatement sympathique, omme une lumière d’été et de vacances, pour ouvrir en fanfare, sous des applaudissements nourris, ce trentième festival.

 

Pastor of Muppets

Anniversaire oblige, la deuxième partie a été assurée par les trublions déjantés de Pastors of Muppets… Ceux qui étaient au Monastier ce soir-là se souviennent de leur première apparition au festival, en 2013, où ils avaient fait sensation. Les festivaliers ont ainsi retrouvé telle qu’en elle-même la plaisante originalité d’une formule que résume leur nom de scène – clin d’œil à un album de Metallica –, et à laquelle ils doivent une réputation qui leur a déjà ouvert quatre fois les portes du Hellfest : reprendre des standards du métal et du hard rock au moyen des seuls cuivres. Les douze comparses grimés chacun à l’effigie d’une rock star (Slash, Lemmy…), qui sévissent depuis dix ans maintenant, sont donc revenus pour défendre leur troisième album, « Heavy Birthday », sur la même scène où, cinq ans plus tôt, ils étaient venus défendre leur premier disque. Et ce, pour le plus grand plaisir des festivaliers, qui n’ont pas été déçus de ce come-back : les Pastors of Muppets ont livré une nouvelle brassée de tubes « métalleux » revus et corrigés, transfigurés par leur spectaculaire présence sur scène et l’alliage de virtuosité et de second degré qu’on leur connaissait. Manière de commencer les festivités de façon endiablée !
Et à la suite des The Goggs, les Pastors of Muppets ont offert au Festival leur version personnelle de « Kadji ». Elle sera bien sûr rediffusée, avec toutes les contributions des artistes invités, lors des trente heures du marathon artistique « Kadji Project » qui constituera un exceptionnel temps fort de cette édition anniversaire.

 

Ouverture de la Brass Room


Cette ouverture en fanfare s’est poursuivie tard dans la nuit avec, pour les irréductibles, l'ouverture de la « Brass Room », lieu musical à part entière agrandi cette année - anniversaire oblige -, et où se côtoieront encore toute la semaine musiciens et festivaliers. DeeJay H a une fois de plus mis à profit des oreilles une incroyable collection de vinyles aux sonorités funky. En résumé, une première soirée qui a rempli toutes ses promesses, et qui augure un excellent cru millésimé 2018 !

 

Toute la galerie photo

Voir toute l'actualité